Deux camionnettes-guichets de la Banque nationale de crédit sillonnent les routes du Tour de France

Temps de lecture : 2min Nombre de likes : 0 likes

La Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI) fut la première banque à être sponsor du Tour de France. Au milieu des années 1950, un problème se pose sur le Tour : la Caravane arrive après la fermeture des bureaux de banque et repart avant leur ouverture. C’est pour pallier cette rupture de service que la BNCI s’engage sur les routes de l’événement sportif.

Ce cliché montre les deux camionnettes-guichets qui accompagnent la caravane du Tour. Chaque véhicule est personnalisé avec le logo (le caducée) et le nom de la banque inscrit en lettres capitales noires. Et la BNCI est qualifiée de “Banque du Tour” sur une bannière fixée au- dessus du pare-brise des camionnettes.

La BNCI au service des “suiveurs” du Tour de France

Afin de simplifier le quotidien de tous les suiveurs du Tour de France – officiels, journalistes, publicitaires, directeurs techniques et coureurs – la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI) a mis en place un système de guichet nomade lui permettant de délivrer des services bancaires à chaque ville étape. Le principe ? Avant chaque arrivée d’étape, les collaborateurs de la banque récupèrent des fonds au siège local de la BNCI et tiennent leur guichet de 16h30 à 20h30. Encaissements, paiements, ventes de devises, échanges de monnaies sont autant d’opérations qu’ils effectuent pour le village du Tour de France.
Ce partenariat innovant permet à la BNCI d’associer son image à celle d’un puissant événement social et de se faire connaître du grand public. Ainsi, de 1955 à 1967, la banque s’associera à chaque édition du Tour de France. Et après une pause de 5 ans, la Banque nationale de Paris (BNP) reprendra, de 1973 à 1987, sa place de “Banque du Tour”.
Si le Groupe BNP Paribas est associé au Tennis depuis 1973, son passé de parrain sportif est plus ancien.

Aimer cette page