La Façade monumentale du Comptoir d’escompte de Paris affirme la solidité et le rayonnement international de la banque

Temps de lecture : 1min Nombre de likes : 0 likes

Cette gravure, parue dans le journal l’Illustration en 1882, représente la façade du nouveau siège du Comptoir d’escompte de Paris, telle qu’on l’aperçoit du boulevard Poissonnière et de la rue Rougemont.
Imposante, la façade est dotée d’un pavillon d’entrée majestueux, couronné d’un beffroi avec plusieurs cloches et une horloge. Trois statues de Millet ornent le pavillon principal de l’édifice. Elles symbolisent la finance, la prudence et le commerce. Cinq médaillons représentant les cinq continents surmontent l’allégorie de la finance et rappellent au visiteur que le Comptoir d’escompte s’est déjà développé partout dans le monde.

Un nouveau siège adapté aux besoins du CNEP
Depuis 1851, le Comptoir d’escompte de Paris est installé dans l’hôtel Rougemont situé au 11 rue Bergère à Paris, non loin de la Bourse. Avec l’accroissement de l’activité et du personnel, la banque se retrouve à l’étroit et décide de reconstruire entièrement son siège. C’est pourquoi, elle engage ces travaux. Le CNEP confie la conception du bâtiment à l’architecte Edouard Corroyer, élève de Viollet-Le-Duc, qui avait précédemment dirigé la restauration du Mont Saint-Michel. Débutés en 1878, les travaux s’achèveront en 1882. Cette nouvelle construction créa l’événement et sa modernité fut notamment saluée dans la presse contemporaine.

Aimer cette page