Le nouveau palais du Comptoir d’escompte de Paris (CEP) : un siège social à la pointe du progrès technique

Temps de lecture : 2min Nombre de likes : 0 likes

Ces 3 gravures, parues dans le Monde Illustré en 1882, représentent le vestibule, le comble et le hall du nouveau siège du Comptoir d’escompte. Elles soulignent l’imposante architecture du nouvel édifice et son décor monumental, visant à affirmer la solidité et la prospérité de la banque.

Les visiteurs traversent le vestibule de décor néo-byzantin de colonnes et mosaïques pour rejoindre le vaste hall, “l’atrium”, pièce maîtresse du bâtiment. Ce hall est coiffé d’une immense verrière à 17m de hauteur, supportée par une armature considérable, et laissant entrer la lumière du jour. Le verre tient donc une place essentielle dans la structure et le décor du hall, il contribue au modernisme du siège du Comptoir d’escompte de Paris. Le bâtiment du CNEP est l’un des premiers grands sièges sociaux de banques françaises, avec celui du Crédit lyonnais.

Un nouveau siège adapté aux besoins du CNEP
Depuis 1851, le Comptoir d’escompte de Paris est installé dans l’hôtel Rougemont situé au 11 rue Bergère à Paris, non loin de la Bourse. Avec l’accroissement de l’activité et du personnel, la banque se retrouve à l’étroit et décide de reconstruire entièrement son siège. Le CNEP confie la conception du bâtiment à Edouard Corroyer, élève de Viollet-Le-Duc, qui avait précédemment dirigé la restauration du Mont Saint-Michel. Débutés en 1878, les travaux s’achèveront en 1882. Cette nouvelle construction créa l’événement et sa modernité fut notamment saluée dans la presse contemporaine.

Aimer cette page