« Grandissons ensemble » : la privatisation de la BNP en 1993

Temps de lecture : 3min Nombre de likes : 1 likes

Ce cliché montre la scénographie mise en place à l’occasion du tournage du film de promotion de la privatisation de la BNP, en 1993. Sur une idée de l’artiste français, Jean-Paul Goude, cette publicité met en scène la mission du banquier via l’évocation d’un cycliste qui pédale : mettre de l’huile dans les rouages de l’économie et donner vie aux projets.

En France, une nouvelle vague de privatisations s’engage au printemps 1993, à la suite des élections législatives. La loi du 19 juillet 1993 annonce ainsi la privatisation de 21 groupes publics, parmi lesquels la Banque nationale de Paris (BNP), le groupe CIC et le Crédit lyonnais pour les banques. Cette opération doit permettre à la BNP de renforcer sa compétitivité à l’échelle mondiale et de faire jeu égal avec ses concurrents étrangers.

C’est Michel Péberau, le successeur de René Thomas et artisan de la privatisation réussie du Crédit commercial de France, qui s’attelle au projet. La sensibilisation des futurs actionnaires s’articule en quatre phases : une campagne d’image, une phase de « prémarketing », l’offre publique de vente et enfin une étape finale de suivi des résultats.
Le coup d’envoi de l’offre publique de vente est donné le 5 octobre 1993. Le premier bilan des opérations est très positif : le nombre d’actionnaires individuels souscripteurs s’élève à 2,8 millions de personnes. Plus de neuf collaborateurs sur dix sont devenus actionnaires et quinze grands groupes industriels et institutionnels français sont entrés au capital de la BNP.

Le métier de la BNP, c’est de mettre de l’huile dans les rouages de l’économie pour faire avancer les entreprises », Spot publicitaire pour la privatisation de la BNP

1993, Ina.fr
Archives historiques BNP Paribas
Archives historiques BNP Paribas
Aimer cette page