Le temps des pionniers – 1822-1913

Les banques ancêtres de BNP Paribas sont nées et se sont développées dans le cadre du formidable essor industriel de l’Europe au XIXe siècle. Ce sont des acteurs de la deuxième révolution bancaire, caractérisée par le drainage de l’épargne nécessaire au financement du développement économique.

Les ancêtres de BNP Paribas et la révolution bancaire des années 1850

Le pionnier est la Société générale de Belgique, ancêtre de BNP Paribas Fortis, qui naît à Bruxelles en 1822. Elle invente la banque mixte, associant la gestion de dépôts et la commandite d’entreprises, et sera imitée par le Crédit mobilier des frères Pereire.

La France de 1848, en pleine révolution politique et crise économique, voit la création la même année, par les pouvoirs publics associés à des intérêts privés, de comptoirs d’escompte destinés à faciliter les circuits du crédit : naissent alors les deux ancêtres de la BNP, le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP), soutenu par les libraires éditeurs parisiens, et le Comptoir national d’escompte de Mulhouse, appuyé par les industriels alsaciens.

Ces établissements ont déclenché la révolution bancaire qui a eu lieu au cours des années 1850 à 1860 : c’est à cette époque que les particuliers ont eu accès aux services bancaires et d’emprunt généraux grâce à la création des grandes banques de dépôt. Ces nouvelles institutions ont attiré l’épargne dormante et l’ont recyclée dans l’économie, notamment par l’escompte de factures et les prêts à court terme aux entreprises. Une série de nouveaux services sont également devenus accessibles aux particuliers de la classe moyenne : services de caisse, location de coffres-forts, chèques, dépôts de titres, lettres de crédit, etc. La nouveauté réside dans le fait que les banques travaillent désormais en face à face avec leurs clients par le biais de réseaux d’agences.

Le siège du Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP), dont la construction débute en 1878, est un symbole très visible de la présence de la banque dans la ville de Paris.

Parcourez le diaporama photos

Roi Guillaume 1er d'Orange des Pays-Bas, fondateur en 1822 dela Société Générale des Pays-Bas pour favoriser l'Industrie Nationale (en néerlandais Algemeene Nederlandsche Maatschappij ter Begunstiging van de Volksvlijt) - Archives historiques BNP Paribas Fortis

Roi Guillaume 1er d’Orange des Pays-Bas, fondateur en 1822 de la Société Générale des Pays-Bas pour favoriser l’Industrie Nationale (en néerlandais Algemeene Nederlandsche Maatschappij ter Begunstiging van de Volksvlijt) – Archives historiques BNP Paribas Fortis

1 5
Siège de la Société génarale de Belgique vers 1900 - Archives historiques BNP Paribas Fortis

Siège de la Société générale de Belgique vers 1900 – Archives historiques BNP Paribas Fortis

1 5
Le CNEP inaugure son nouveau siège en 1882, Gravure de l'Atrium d'après un cliché du photographe Louis-Emile Durandelle - Archives historiques BNP Paribas

Le CNEP inaugure son nouveau siège en 1882, Gravure de l’Atrium d’après un cliché du photographe Louis-Emile Durandelle – Archives historiques BNP Paribas

1 5
Siège du CNEP, vue du haut de la façade monumentale en 1882, allégories de la finance et du commerce et frise de médaillons représentant les 5 continents. - Archives historiques BNP Paribas

Siège du CNEP, vue du haut de la façade monumentale en 1882, allégories de la finance et du commerce et frise de médaillons représentant les 5 continents. – Archives historiques BNP Paribas

1 5
Siège du Comptoir national d'escompte de Mulhouse, sd - Archives historiques BNP Paribas

Siège du Comptoir national d’escompte de Mulhouse, sd – Archives historiques BNP Paribas

1 5

Le Comptoir national d’escompte de Paris entre internationalisation et crises

Suite au Traité de libre-échange franco-britannique de 1860, le CNEP est la première banque française à construire un réseau international destiné à financer le commerce international. Il s’installe à Shanghai en 1860, et en Inde la même année afin de financer les importations de coton en France. Des succursales sont également ouvertes en Australie en 1881 pour répondre à la demande des industriels de la laine du nord de la France et à Mazamet, dans le sud de la France.

Déclaration du directeur des agences d’Inde au sujet du capital du CNEP, 1890 – Archives historiques BNP Paribas

Dans les années 1880, le secteur bancaire est encore fragile et connaît de fréquentes crises. Le CNEP connaît lui-même une grave crise en 1889. Il est immédiatement refondé et reprend ses activités sous la direction prudente d’Alexis Rostand. La forte culture du risque qu’il a inculquée à cette époque nous est parvenue au fil des décennies.

Alexis Rostand sur un panneau de l'exposition "Les Rostand entre banque, musique et théâtre" co-produite en 2018 par BNP Paribas à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance d’Edmond Rostand et du 100e anniversaire de sa mort - Archives historiques BNP Paribas
Alexis Rostand sur un panneau de l’exposition « Les Rostand entre banque, musique et théâtre » co-produite en 2018 par BNP Paribas à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance d’Edmond Rostand et du 100e anniversaire de sa mort – Archives historiques BNP Paribas


La période 1870-1914 est marquée par un fort excédent d’épargne en France, et Paris rivalise alors avec Londres comme place financière. Le CNEP s’est forgé une réputation sur les marchés financiers pour la gestion et le placement d’émissions d’obligations souveraines et d’entreprises, ainsi que pour l’émission d’actions et de parts sociales.
Dans les syndicats bancaires constitués pour lever les capitaux nécessaires au financement des grands projets, le CNEP se retrouve souvent en compagnie d’une grande banque d’affaires française, la Banque de Paris et des Pays-Bas, connue sous le nom Paribas. Par un curieux coup du sort, les deux établissements financiers se sont retrouvés en 1899, avec la banque belge Société générale de Belgique – qui rejoindra plus tard le groupe BNP Paribas sous le nom de Fortis – à s’engager dans un projet de financement de la construction du chemin de fer Pékin-Hankou, qui couvre une distance de plus de 1 200 kilomètres entre les actuels Pékin et Hankou.

Obligation émise par le Gouvernement impérial de Chine dans le cadre d'un emprunt de 5% or pour le financement de la ligne ferroviaire reliant Pekin à Hankeou, 1898 - Archives historiques BNP Paribas
Obligation émise par le Gouvernement impérial de Chine dans le cadre d’un emprunt de 5% or pour le financement de la ligne ferroviaire reliant Pekin à Hankeou, 1898 – Archives historiques BNP Paribas

Paribas ou la naissance d’une banque à fort ancrage européen

Paribas est née en 1872 de la fusion d’une banque parisienne (la Banque de Paris) et d’une société financière internationale qui, dès l’origine, était implantée aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse et en France. Parmi les dirigeants, on compte plusieurs banquiers français de renom, tels qu’Adrien Delahante et Alphonse Pinard, ainsi que des membres de la famille Bischoffsheim d’Allemagne et de la famille Hentsch de Suisse. Il s’agit d’une banque typiquement européenne, héritière des traditions de la haute banque fondées sur les vieilles familles bancaires, et impliquée dans des opérations de grande envergure nécessitant des compétences techniques.

Cet établissement voit le jour pour lever les fonds de l’emprunt de libération du territoire et plus durablement, prendre des participations dans les entreprises et s’insérer dans les marchés de capitaux.

Obligation 4% de 1000 francs au porteur émise en 1950 par la  Compagnie des chemins de fer du Maroc, dont Paribas était l'un des membres fondateurs
Obligation 4% de 1000 francs au porteur émise en 1950 par la Compagnie des chemins de fer du Maroc, dont Paribas était l’un des membres fondateurs – Archives historiques BNP Paribas


Contrairement à l’approche du CNEP, Paribas n’avait pas de réseau de succursales, travaillant à partir de quatre bureaux – en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse – et fondant son activité sur des alliances et sur les banques et sociétés associées qu’elle avait contribuées à créer. En développant régulièrement ses actifs, Paribas devient, au début du XXe siècle, la première banque d’affaires de France.

La BNL, un acteur majeur du développement de l’Italie

En 1913, à l’initiative du gouvernement, est créé à Rome l’Istituto Nazionale di Credito per la Cooperazione : l’objectif est de soutenir le mouvement coopératif en Italie, en donnant des aides spécifiques dans les domaines de l’agriculture, du cinéma ou de la pêche. Encore très rurale à cette époque, l’économie italienne doit s’industrialiser. Elle joue notamment un grand rôle dans la reconstruction du pays après la Seconde Guerre mondiale et met en place dès 1935 un dispositif unique de financement du cinéma italien, qui accompagnera la réalisation des plus grand chefs -d’œuvres.

Imprimé de la BNL faisant la promotion du Plan vert , un programme de modernisationn à destination du monde agricole, Archives histoqiques BNL
Prospectus de la BNL faisant la promotion du Plan vert , un programme de modernisationn à destination du monde agricole, Archives historiques BNL

Découvrez aussi…