Le ballet minutieux des cartes perforées du CNEP

Temps de lecture : 1min Nombre de likes : 0 likes

Dès le milieu des années 1950, le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) a mis en place des centres mécanographiques. Ces ateliers tertiaires traitent les informations de la banque avec du matériel mécanique ou électro-mécanique, permettant le calcul, le traitement et la publication des données.

Vedette de l’époque, la carte perforée combinée aux machines électro-comptables permet d’enregistrer sous forme de codes conventionnels sur 10 lignes et 80 colonnes, les données figurant en toutes lettres et en chiffres sur un document de base (bordereau, fichier client).
Afin d’optimiser la gestion de ses opérations, le CNEP s’équipe de nouveaux appareils : interpréteuses, tabulatrices, calculatrices autonomes capables de multiplier deux chiffres codés sur une carte perforée…Une véritable révolution technique que souligne le CNEP dans sa campagne d’image intitulée “Vous êtes du vingtième siècle”. Cette affiche fait ainsi la promotion de son matériel performant et efficace, ce qui permet au CNEP d’affirmer sa stature de banque moderne et dynamique. L’année 1961 voit l’installation des premiers ordinateurs.

Aimer cette page