Façade de l’agence de Blois du Comptoir national d’escompte de Paris

Temps de lecture : 2min Nombre de likes : 0 likes

Cette carte postale datant des années 1900-1910 offre une vue de biais de la façade de l’agence du Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) à Blois, rue Denis Papin.

L’établissement donne sur une voie fréquentée et son entrée est ornée d’élégantes colonnes de style néo-byzantin. Sur son enseigne, les mentions “Comptoir national d’escompte de Paris et Société anonyme au capital de 150 000 000 de francs entièrement versés” sont sculptées en relief. Cela véhicule l’image de notoriété et de sérieux de la société. Et sur des panneaux noirs, le public retrouve la liste des opérations proposées. A quelques pas de l’agence, se trouve ‘l’Escalier monumental indépendant’ ou Escalier Denis Papin. Construit en 1860, lors du percement de la rue Denis Papin, cet escalier permettait de relier le haut et le bas de la commune, là où la dénivellation ne permettait pas de creuser une rue.

Le CNEP s’installe dans les villes industrielles et commerciales de France
Après sa liquidation en mars 1889, liée au financement hasardeux de la Société des métaux, le Comptoir d’escompte de Paris renaît deux mois plus tard sous la forme d’une nouvelle société anonyme et retrouve son nom originel de Comptoir national d’escompte de Paris. Sous la prudente direction d’Alexis Rostand, le CNEP se lance dans l’édification d’un réseau national. Des agences du Comptoir essaiment dans chaque quartier des grosses villes, dans chaque bourgade, à proximité des stocks d’argent et sur les grandes places financières. Agen, Dijon, Dunkerque, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Perpignan…Le CNEP déploie ses activités à chaque fois que la situation est propice. De sorte que dès 1909, le CNEP possède le 3ème réseau bancaire national, derrière le Crédit lyonnais et la Société générale. Cette expansion vise à drainer l’épargne des Français et répondre aux besoins grandissants de crédits des entreprises.

Aimer cette page