Témoin du XXe siècle financier, Gaston Défossé (1908-2001)

Temps de lecture : 3min Nombre de likes : 0 likes
Gaston Défossé (1908-2001)

Gaston Défossé (1908-2001)

Gaston Défossé a participé activement à la création de la nouvelle BNP en matière technologique, informatique et comptable.

Diplômé d’HEC en 1928, Gaston Défossé débute dans le secteur coopératif. Après la guerre, il entre à la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI) comme sous-directeur à la direction financière.

La fusion technologique et comptable du CNEP et de la BNCI

Gaston Défossé joue un rôle clé au moment de la fusion entre le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) et la BNCI qui donne naissance à la Banque nationale de Paris (BNP) en 1966. La fusion est aussi une nouvelle étape dans la modernisation technologique, qu’il s’agisse de l’informatique ou de la carte bleue lancée en 1967. Elle nécessite une réécriture complète des procédures et des normes, notamment comptables, tâche à laquelle Gaston Défossé contribue de manière significative. Sa compétence en ce domaine est largement reconnue : il est élu président de l’Académie de comptabilité en 1969.

En 1972, sur la proposition de Pierre Ledoux, président de la BNP, Gaston Défossé est nommé directeur général. Il dirige alors de profondes transformations et déploie une activité intense sur tous les sujets financiers. S’il n’intervient pas directement dans les affaires internationales, ses travaux à l’OCDE sur l’évolution des marchés internationaux de capitaux lui assurent une notoriété internationale.

Passionné par l’enseignement et la formation

Parallèlement à son métier de banquier, Gaston Défossé enseigne – entre autres – à HEC. Il publie avec succès sur l’économie, la finance ou la gestion : par exemple, La gestion financière des entreprises ou le « Que sais-je » sur La Bourse des valeurs. Très lié aux Presses universitaires de France (PUF), il aide la maison d’édition à se restructurer.
Dès 1959, Gaston Défossé souligne le lien entre le niveau de vie des ménages, le rôle croissant de l’épargne et l’évolution de la bourse, et prévoit le développement de l’actionnariat individuel.

Aimer cette page

Vous avez aimé cette histoire ?

Car nous avons encore beaucoup à vous raconter !