L’agence du Comptoir national d’escompte de Paris [CNEP] à Roubaix au service du commerce international

Temps de lecture : 4min Nombre de likes : 5 likes

Cette édition de la série « Un mois, une iconographie » nous emmène à Roubaix, sur les traces de l’agence du CNEP établie en 1893.

Une agence prestigieuse au cœur du réseau industriel du Nord

Ayant pour vocation de réaliser des activités bancaires, le bâtiment de l’agence du Comptoir national d’escompte de Paris [CNEP] à Roubaix est ouvert en 1893. Bâtiment imposant par sa taille, il avait les caractéristiques architecturales des établissements bancaires de cette fin de siècle : grille en fer forgé, balustrades à colonnades, linteaux à motif floral, la finalité étant de démontrer la solidité du bâtiment à l’image de la banque.


Inauguré donc en 1893, l’agence de Roubaix entre dans un programme massif d’ouverture par le CNEP. En effet, de 5 agences en 1892, la banque passera à 19 l’année suivante avec des agences nordistes notamment à Tourcoing, Dunkerque, Hazebrouck.

Carte postale de l’agence CNEP de Roubaix, vers 1900. Archives historiques BNP Paribas, 3Fi62

Le CNEP au service du développement de l’industrie textile

Elle n’en oublie pas non plus son développement international puisque, en 1894, soit un an après Roubaix, le CNEP ouvre une agence à La Nouvelle-Orléans, centre actif d’exportation cotonnière, qui sera en lien très étroit avec Roubaix dans les échanges textiles de cette fin du XIXème siècle.


Le but précis de l’implantation est de répondre aux attentes en termes financiers du secteur textile, très représenté dans la ville. En effet, ce puissant secteur lainier du nord était déjà en relation avec le CNEP depuis Paris. Cette relation suivie avait pour finalité d’octroyer des crédits destinés à assurer leurs achats lainiers en Australie, la banque ayant ouvert à cet effet des agences à Melbourne et Sydney, respectivement en 1880 et 1881.

Mais le CNEP a eu la volonté d’être « plus directement à leur portée, au moment où la crise, en ébranlant la plupart des banques de Melbourne et Sydney, doit les engager à centraliser de plus en plus en nos mains, les services financiers ». Il en sera de même avec d’autres centres lainiers du XIXème siècle tels que Mazamet ou Castres.

Une agence dans la Première guerre mondiale

Une vingtaine d’années plus tard, l’agence sera confrontée à l’occupation allemande de la Première guerre mondiale. Les avoirs seront placés sous séquestre, les titres seront même transférés en Belgique lors du recul allemand de l’automne 1918 puis remis suite à l’Armistice. L’agence déplorera 5 morts durant le conflit.


Depuis 129 ans, BNP Paribas sert ses clients à Roubaix mais le bâtiment n’est plus celui du CNEP.

Aimer cette page