La Compagnie parisienne de distribution d’électricité (1914-1946)

Temps de lecture : 6min Nombre de likes : 1 likes
Bâtiment datant de 1908 de la Compagnie parisienne de distribution d'électricité, sous station électrique Temple, rue Jacques Louvel Tessier, Paris 10e. Photo BNP Paribas

Bâtiment datant de 1908 de la Compagnie parisienne de distribution d'électricité, sous station électrique Temple, rue Jacques Louvel Tessier, Paris 10e. Photo BNP Paribas

En 1888, dans la perspective de l’Exposition universelle de 1889, et alors que l’électricité est presque inexistante dans la capitale, le Conseil municipal de Paris décide la création d’un réseau de distribution d’électricité. En France, les grandes villes étaient divisées en plusieurs réseaux : à Paris, ils sont confiés à six sociétés, sous forme de concessions, qui doivent développer et exploiter le réseau de distribution d’électricité, divisant Paris et sa banlieue en huit secteurs électriques.

Six sociétés qui forment une compagnie

Afin d’unifier et simplifier le développement du secteur électrique et son accès dans la capitale, un régime transitoire est prévu en 1907, les concessions sont réunifiées et confiées à « l’Union des Secteurs », et ce jusqu’en 1913, pour tenter d’optimiser les coûts de production et de transport de l’électricité.

Plan des « Secteurs parisiens » avant la convention de 1907. Le Génie Civil, 1914. Archives historiques BNP Paribas
Plan des « Secteurs parisiens » avant la convention de 1907. Le Génie Civil, 1914. Archives historiques BNP Paribas

Le 1er janvier 1914, une société unique – la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE), est créée et prend la relève des six concessionnaires. Dédiée à la production, au transport et la distribution d’énergie électrique, la CPDE bénéficie à Paris du monopole de l’éclairage électrique. Conformément aux termes de la convention du 5 septembre 1907, elle loue les installations existantes et partage avec la municipalité les bénéfices, ainsi que la charge des travaux d’extension du réseau de distribution.

Plans du réseau électrique de la CPDE en 1914 (gauche) et en 1929 (droite). Archives historiques BNP Paribas
Plans du réseau électrique de la CPDE en 1914 (gauche) et en 1929 (droite). Archives historiques BNP Paribas

La modernisation du réseau électrique parisien

CPDE, nouvelles installations de la centrale à Saint-Ouen, vue de la salle des machines. 1929. Photos de Germaine Krull. Archives Historiques de BNP Paribas
CPDE, nouvelles installations de la centrale à Saint-Ouen, vue de la salle des machines. 1929. Photos de Germaine Krull. Archives Historiques de BNP Paribas

En 1914, la production dans les petites usines cède la place à une production regroupée dans deux grandes centrales, mises en service au nord à Saint-Ouen et au sud à Issy-les-Moulineaux, et leur programme est étendu par la suite entre 1922 et 1926. Ainsi la modernisation progressive des réseaux de distribution parisiens est menée et permet de faire face à la rapide croissance de la consommation de l’électricité pour l’éclairage des espaces publics, des foyers, mais aussi pour les usages industriels. A l’époque, les besoins en capitaux sont considérables et le recours au marché financier et aux banquiers devient vital.

L’hôtel de ville de Paris illuminé à l’occasion de la remise de la Croix de guerre à la ville. 1919. Agence Roll. Bibliothèque nationale de France
L’hôtel de ville de Paris illuminé à l’occasion de la remise de la Croix de guerre à la ville. 1919. Agence Roll. Bibliothèque nationale de France
The electric light in houses–laying the electrical tubes, dessin de W.P. Snyder. 1882. Bibliothèque du Congrès
The electric light in houses–laying the electrical tubes, dessin de W.P. Snyder. 1882. Bibliothèque du Congrès

En ce qui concerne la CPDE, elle prend la forme d’un groupement au capital de 100 millions de francs, coté à la Bourse de Paris dès 1908, et dirigé par Emile Richemond, directeur de Continental Edison, entreprise électrique américaine, régent de la Banque de France, président de Weyher et Richemond et du Tribunal de commerce de Paris.

Quand la distribution prend le pas sur la production

Jusqu’en 1930, l’alimentation de Paris est uniquement assurée par les usines de la CPDE, mais les usines nord et sud-ouest de la compagnie atteignent leurs limites de production. Pour éviter la construction d’une troisième usine et assurer une meilleure qualité d’approvisionnement, mais aussi pour profiter de la fourniture d’électricité d’origine hydraulique, la CPDE renonce en 1930 à produire de l’électricité pour se consacrer uniquement à sa distribution. Les usines de la CPDE sont ainsi raccordées à un vaste réseau d’interconnexion.

CPDE. Nouvelles installations de la Centrale d’Issy-les-Moulineaux, 1929. Photos de Germaine Krull. Archives historiques BNP Paribas
CPDE. Nouvelles installations de la Centrale d’Issy-les-Moulineaux, 1929. Photos de Germaine Krull. Archives historiques BNP Paribas
CPDE. Nouvelles installations de la Centrale d’Issy-les-Moulineaux, 1929. Photos de Germaine Krull. Archives historiques BNP Paribas
CPDE. Nouvelles installations de la Centrale d’Issy-les-Moulineaux, 1929. Photos de Germaine Krull. Archives historiques BNP Paribas

En avril 1946, le secteur de l’énergie est nationalisé et la CPDE est remplacée par le Centre de Distribution de Paris Électricité qui continue la mission d’électrification de la capitale.

En savoir plus sur le financement du secteur de l’électricité par les banques ancêtres de BNP Paribas

Aimer cette page

Vous avez aimez cette histoire

Car nous avons encore beaucoup à vous raconter !