La Fondation BNP Paribas : 40 ans de réinvention et de défis sociétaux

Temps de lecture : 27min Nombre de likes : 6 likes Mise à jour le : 19 Fév 2024
Convention Fondation de France, acte de création de la Fondation Paribas, 1984 - Archives et Histoire BNP Paribas

Convention Fondation de France, acte de création de la Fondation Paribas, 1984 - Archives et Histoire BNP Paribas

Depuis 2000, la Fondation BNP Paribas prolonge l’action philanthropique initiée en 1984 par son prédécesseur, la Fondation Paribas. L’année 2024 marque ainsi le 40e anniversaire d’un projet de mécénat au long cours, étroitement lié aux défis et mutations sociales sans cesse renouvelés.
L’occasion idéale pour remettre en perspective l’histoire de la philanthropie d’entreprise française émergeant dès le XIXe siècle et la contribution du Groupe dans ce domaine. Retour sur les temps forts de l’engagement de BNP Paribas et ses banques ancêtres, s’exprimant tour à tour dans des champs aussi variés que la solidarité, la santé, la culture, l’entrepreneuriat et l’environnement.

Le XIXe siècle : Les initiatives des dirigeants ou les prémices de l’engagement philanthropique

Partenariat entre la Bibliothèque nationale de France et la Fondation Paribas en 1991. Archives historiques de la Fondation.
Partenariat entre la Bibliothèque nationale de France et la Fondation Paribas en 1991. Archives historiques BNP Paribas.

C’est au XIXe siècle, dans le contexte de la Seconde Révolution industrielle qu’émergent les premières initiatives philanthropiques. Il s’agit souvent d’hommes d’affaires choisissant de soutenir des actions sociales en lien avec la santé, l’éducation, la recherche scientifique ou la culture, avec laquelle ils partagent une proximité à titre privé.

Les banquiers d’affaires à la tête des banques ancêtres de BNP Paribas ont notamment participé à certaines de ces actions. Alexis Rostand, président du Comptoir national d’escompte de Paris en 1910, Isaac de Camondo administrateur à la Banque de Paris et des Pays-Bas en 1901, ou encore Henri Cernuschi l’un des créateurs de la Banque de Paris en 1869 se sont tour à tour illustrés par leurs œuvres philanthropiques.

La famille Bischoffsheim constitue un exemple remarquable. Louis Raphaël Bischoffsheim (1800-1873), l’un des fondateurs de Paribas, aide les écoles professionnelles ou finance des études scientifiques et médicales à travers des œuvres de charité et est président de l’Association philotechnique. En 1866, il fait même construire à Paris le Théâtre de l’Athénée pour y accueillir des conférences et concerts. Ses engagements sont poursuivis par son fils, Raphaël Bischoffsheim (1823-1906), dans un mécénat d’aide à la recherche scientifique. Ce dernier aide notamment Charles Garnier à la construction de l’Observatoire de Nice, propriété de l’Université de Paris. Raphaël Bischoffsheim est aussi membre libre de l’Académie des Sciences. Ses engagements sont encouragés par la législation française favorisant les dons, legs et subventions en faveur des facultés et écoles d’enseignement supérieur (décrets des 25 juillet et 28 décembre 1885).

À partir des années 1960, l’écrivain passionné d’art et surtout ministre des Affaires Culturelles, André Malraux donne un nouvel élan au mécénat en dirigeant une partie des actions de l’État vers le développement des fondations. Ainsi, en 1969, la Fondation de France voit le jour. La Banque nationale de Paris (BNP) ainsi que Paribas participent toutes deux à la dotation permettant sa création.

Pour autant, dans un premier temps, les deux banques investissent dans des projets en régie directe, sans structure administrative dédiée. Le soutien financier qu’apportent la BNP et Paribas au Musée Carnavalet s’inscrit dans cette démarche. Fait singulier : les deux établissements ont aussi fait don d’un mobilier art déco au Café de Paris, qui laisse sa place au bâtiment moderne de la Maison dorée.

Vue d’ensemble de l’immeuble, vers 1960. Archives historiques BNP Paribas, 6Fi157
Vue d’ensemble de l’immeuble, vers 1960. Archives historiques BNP Paribas, 6Fi157

Dans les années 1970, Paribas engage ses premiers soutiens à destination du monde de la santé et de la recherche scientifique : Fondation pour la recherche médicale, Institut du glaucome et UNESCO.

L’essor du mécénat d’entreprise en France

La création de la Fondation de France représente une première accélération dans l’histoire du développement du mécénat d’entreprise, qui n’avait pas connu d’évolution majeure jusqu’alors. Les initiatives en matière de mécénat se multiplient dans les années 1980 sous l’impulsion d’un nouveau ministre de la Culture. Fortes de leur contribution passée à des projets de mécénat autour de la culture, de l’aide sociale et médicale, ainsi que de la recherche scientifique, la BNP et Paribas choisissent deux modèles différents d’encadrement de leurs actions philanthropiques.

La Fondation Paribas incarne les actions de mécénat de la banque

A partir de 1983, Paribas souhaite mieux structurer ses engagements philanthropiques. Dans la même période, l’Etat multiplie ses incitations au développement du mécénat auprès des entreprises. Une nouvelle dynamique est insufflée par la création de l’Association pour le développement du mécénat industriel et commercial (Admical) en 1979 et par la démarche nationale sur la réflexion philanthropique symbolisée par l’Année du patrimoine décrétée en 1980. Le comité de mécénat de la banque, dirigé par François Debiesse, responsable de la Banque privée chez Paribas, prépare la création de sa Fondation. Le compte rendu du comité de mécénat du 10 juin 1983 précise les quatre objectifs qui seront adoptés en tant que piliers de la Fondation :

  • Aide aux personnes handicapées par des prises de participation dans des entreprises employant des personnes handicapées ;
  • Soutien au patrimoine en réintégrant le patrimoine historique parti à l’étranger (livres, manuscrits, objets…) ;
  • Aide à la recherche scientifique et technologique ;
  • Organisation d’événements culturels dans l’Orangerie.

Revivez en images 40 ans d’engagement de la Fondation BNP Paribas

En parallèle de la Fondation, François Debiesse crée un conseil en philanthropie au sein de la banque ainsi qu’un Prix de la philanthropie.
Le secteur bancaire devient incontournable dans le mécénat d’entreprise. Ainsi, la Fondation Paribas voit le jour le 13 février 1984 et est placée sous l’égide de la Fondation de France. Aider les projets à vocation humanitaire, culturelle, éducative et scientifique, telle est la mission de cette nouvelle organisation comme on peut le lire dans l’article 3 de la convention de création : « … a pour objet d’attribuer des aides au profit de personnes, œuvres ou organismes dont l’activité présente un caractère humanitaire, culturel, éducatif et de recherches. »

Quatuor Ysaye, concert at the Orangerie, circa 1990. Archives and History BNP Paribas.

Quatuor Ysaye, concert à l’Orangerie, vers 1990. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Jazz concert given to the Orangerie with Manuel Rocheman, George Mraz, Al Foster in April 2000. Archives and History BNP Paribas with reference 2IMP1_72.

Concert de Jazz donné à l’Orangerie avec Manuel Rocheman, George Mraz, Al Foster en avril 2000. Archives historiques BNP Paribas référence 2IMP1_72.

1 4
Partnership between Delta 7 Autisme and the Paribas Foundation. Press meeting on the occasion of the opening of the first Educational Centre for Young People with Autism in May 1989. Archives and History BNP Paribas.

Partenariat entre Delta 7 Autisme et la Fondation Paribas. Réunion de presse à l’occasion de l’ouverture du premier Centre éducatif pour jeunes autistes en mai 1989. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
From left to right: at the request of a Paribas employee, participation in the editing and promotion of this brochure to help SOS mucoviscidose; participation in an exhibition for the benefit of the Pasteur Institute and an extract from the letter from the Paribas Foundation of February 1999. Archives and History BNP Paribas.

De gauche à droite : à la demande d’un employé de Paribas, participation à l’édition et à la promotion de cette plaquette pour aider SOS mucoviscidose ; participation à une exposition au profit de l’institut Pasteur et un extrait de la lettre de la Fondation Paribas de février 1999. Archives historiques BNP Paribas.

1 4

Dans les années 1980, le cadre fiscal et réglementaire s’appliquant aux fondations françaises évolue. La loi du 23 juillet 1987 sur le développement du mécénat d’entreprise les reconnait d’utilité publique. Cette évolution conforte Paribas dans son choix de développer son action philanthropique au travers d’une Fondation.
A partir de 1984, la stratégie est portée par Martine Tridde-Mazloum, secrétaire générale de la Fondation Paribas. La banque renforce ses engagements initiés dans les domaines de la culture, du social, de la recherche scientifique et médicale. Parmi les actions de mécénat emblématiques de cette époque, citons notamment : la création de l’Institut du glaucome de l’Hôpital Saint-Joseph en 1990 le partenariat avec l’Association de la Fondation étudiante pour la Ville (AFEV) en 1996, le soutien aux créations d’Angelin Prejlocaj dès 1989 ou Gabriel Garrido pour sa fresque musicale les chemins du Baroque dès 1992. « Musées et Monuments » est une autre initiative emblématique de la Fondation permettant la publication d’une collection de catalogues d’œuvres d’art multilingues. Au final, la banque s’est associée à plus de 93 musées en France et 26 dans le monde. Un bel héritage laissé au Patrimoine mondial !

BNP Paribas Foundation, Researcher profiles. The quest for science, supplement to the internal BNP Paribas Ambitions magazine, May 2006. Archives & History BNP Paribas reference PER1_2006_2.

Fondation BNP Paribas, Portraits de chercheurs. La quête de science, supplément au magazine interne BNP Paribas Ambitions, mai 2006. Archives historiques BNP Paribas référence PER1_2006_2.

1 4
Invitation to the conference "Les cordons de la vie" given by the association Greffe de moëlle cordon ombilical in the context of medical research at Hôpital Saint-Louis, accompanied by the Paribas Foundation. 1991. Archives and History BNP Paribas.

Invitation à la conférence « Les cordons de la vie » donnée par l’association Greffe de moëlle cordon ombilical dans le cadre de la recherche médicale de l’Hôpital Saint-Louis, accompagné par la Fondation Paribas. 1991. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Representation of a creation by Angelin Prejlocaj around 1990. Photograph by P. Victor. Archives and History BNP Paribas.

Représentation d’une création de Angelin Prejlocaj vers 1990. Photographie de P. Victor. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Left : Gabriel Garrido at a concert in the 1990s. Right : the cover of one of the publications produced as part of the operation "Museums and Monuments" at the Musée d'Orsay in 2008. Archives and History BNP Paribas.

A gauche : Gabriel Garrido lors d’un concert dans les années 90. A droite : la couverture de l’une des publications réalisée dans le cadre de l’opération « Musées et Monuments » au Musée d’Orsay en 2008. Archives historiques BNP Paribas.

1 4

Le mécénat en régie directe : le choix de la Banque nationale de Paris

Publication de l'exposition "Aimer" qui a eu lieu au Musée d'Orsay en 1993-1994. Archives et histoire BNP Paribas référence 4af669.
Affiche de l’exposition « Aimer. La collection Barnes : 72 chefs d’œuvre » au Musée d’Orsay du 8 septembre 1993 au 2 janvier 1994. Archives et histoire BNP Paribas référence 4af669.

En parallèle, la BNP choisit de gérer en régie directe son mécénat mais elle structure aussi ses projets afin de favoriser le dialogue entre le monde économique et celui de la culture, du social et de la science. L’idée est de s’inscrire sur le long terme dans des projets visant à encourager l’expression artistique et faire connaitre le patrimoine français.

Dans les années 1980, et avec les incitations de l’Etat en faveur du mécénat d’entreprise, de beaux partenariats sont noués dans les univers de la musique, de la danse et de la création littéraire tels que le Prix du jeune écrivain en 1984 qui voit l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs, dont Marie Darieussecq lauréate en 1988, la création de la Maison de la Danse de Lyon en 1986, le Festival Piano des Jacobins dès 1987 et le mécénat de l’emblématique exposition Barnes au Musée d’Orsay en 1993-1994.

Qu’elle soit à l’origine ou contributeur des projets, la BNP choisit de s’impliquer dans la durée. C’est notamment le cas du programme « BNP pour l’Art », qui contribue à la restauration ou au rayonnement d’œuvres d’art majeures entre 1994 et 2017. Il sera d’ailleurs rebaptisé « BNP Paribas pour l’art » en 2000. L’exposition des collections Barnes au Musée d’Orsay en 1993 a connu un retentissement inédit auprès du public et dans le monde de l’Art. D’autres restaurations telles que celle du plafond du Salon d’Hercule au Château de Versailles, que la banque accompagne dès 1994.
Entre 1998 et 2002, la banque complète son action avec un nouveau programme dédié au livre. Baptisé « BNP pour Lire », il vise à promouvoir la langue française à travers le monde. L’audace d’Anne de Lacretelle, chargée du mécénat auprès de la direction de la BNP, dans la création du dispositif « BNP pour Lire » a permis de mener une opération de promotion de la littérature française sans précédent auprès des Alliances françaises à travers le monde.

Extract from the promotional brochure "BNP Pour l'Art" circa 1990. Archives and History BNP Paribas.

Extrait du dépliant promotionnel « BNP Pour l’Art » vers les années 1990. Archives historiques BNP Paribas.

1 3
Left : photograph of Patrick Riou taken at the "Piano aux Jacobins" festival in September 2000. On the right is the cover of the 2002 "Piano aux Jacobins" festival booklet. Archives and History BNP Paribas.

A gauche : photographie de Patrick Riou prise lors du festival « Piano aux Jacobins » de septembre 2000. A droite se trouve la couverture du livret du festival « Piano aux Jacobins » de 2002. Archives historiques BNP Paribas.

1 3
Left : cover of the book by the winner of the 1988 Young Writer's Award, Marie Darieussecq. Right : cover and fourth cover of the book published on the occasion of the 25th anniversary of the Young Writer's Award in 2009. Archives and History BNP Paribas.

A gauche : couverture du livre de la lauréate du Prix du jeune écrivain 1988, Marie Darieussecq. A droite : couverture et 4e de couverture du livre édité à l’occasion du 25e anniversaire du Prix du jeune écrivain en 2009. Archives historiques BNP Paribas.

1 3
Affiche publicitaire pour l'Adie représentant sa fondatrice et présidente : Maria Nowak. 2014. Archives et Histoire BNP Paribas référence 5AF1313.
Affiche de la campagne de communication des 30 ans de la Fondation BNP Paribas, Maria Nowak, 2014. Archives et Histoire BNP Paribas référence 5AF1313.

Toujours dans les années 1980, la BNP voit en la protection de la nature et de l’environnement un nouvel engagement à mener. La banque reçoit le prix « Entreprises et patrimoine nature » en 1988 à la suite des actions menées en partenariat avec le World Wildlife Fund (WWF) initié en 1987. Ce partenariat est aussi l’occasion de sensibiliser sa jeune clientèle à la préservation de la biodiversité par l’intermédiaire de leurs parents. BNP met au service de cette cause l’ensemble de ses atouts en France : sa présence nationale du fait de son réseau bancaire, son pouvoir de communication et sa capacité à fédérer.

Le paysage philanthropique de la BNP est presque complet. Ne manque que la mise en lumière des entrepreneurs qui ne parviennent pas à se faire financer par les canaux dits « classiques » d’octroi de crédit. En 1993, Maria Nowak fonde l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) et en assure la présidence. Son projet est de créer une boucle vertueuse en donnant une chance aux demandeurs d’emploi qui deviendront eux-mêmes porteurs d’emplois et de richesse.

Le partenariat avec l’ADIE, un engagement de près de 30 ans.
Soutenu à l’origine à la fois par Paribas et la BNP, le partenariat avec l’association est naturellement renouvelé en février 2001, lors de la création de la Fondation BNP Paribas. Michel Pébereau et Maria Nowak économiste, spécialiste du micro-crédit, incarnent sans conteste ce partenariat fort du Groupe avec cette association accompagnant les exclus du crédit bancaire dans la création de leur entreprise.

La Fondation BNP Paribas au diapason des enjeux sociétaux

L’année 2000 marque la fusion entre la Banque nationale de Paris et Paribas. Alors que leurs services apprennent à travailler ensemble, les deux entités mettent leur technicité et leurs équipes en commun. Mais pas que… La volonté de François Debiesse, président de la Fondation Paribas, et de Antoine Sire, directeur de la communication de la BNP, est aussi de rendre complémentaires leurs entreprises de mécénat. S’appuyant sur leurs expériences respectives, la Fondation BNP Paribas est la première née de toutes les entités du groupe fraichement constitué. C’est l’union d’une mécanique administrative solide et bien huilée à un réseau aux ramifications multiples. Les enjeux sociaux, culturels et environnementaux étaient déjà communs, le rayonnement va être décuplé.

Alors qu’en 2003, la loi Aillagon renforce les avantages fiscaux relatifs aux fondations, les engagements de la Fondation BNP Paribas se multiplient. Dans le même temps, l’ADIE continue son travail d’insertion et de valorisation des talents. La réalité économique et sociale française stimule les projets de la banque. BNP Paribas perçoit les enjeux et les préoccupations liés à la ville et aux territoires. Le Groupe souhaite devenir un acteur majeur en s’appuyant sur sa Fondation et la diversité des métiers dont il dispose.

Ainsi, la banque s’associe au département de la Seine-Saint-Denis et y développe plusieurs projets d’envergure avec l’aide de ces associations partenaires historiques : l’Adie et l’Afev. En réponse aux difficultés sociales de la jeunesse révélées lors des émeutes de 2005, BNP Paribas lance le « Projet Banlieues » en collaboration avec son réseau d’agences sur tout le territoire. Il soutient notamment les associations qui œuvrent dans les quartiers prioritaires en faveur de l’inclusion scolaire et de l’insertion sociale et professionnelle dans l’objectif du « mieux vivre ensemble ».

Le partenariat avec ce département conduit aussi à la réhabilitation d’un ancien ensemble industriel en immeuble de bureaux sur le site des Grands Moulins de Pantin et aussi au soutien apporté à l’Académie populaire de la Santé en Seine-Saint-Denis après la pandémie de COVID-19.

Par le cumul de ses actions, BNP Paribas devient un acteur économique et social majeur dans ce département en seulement quelques années. Montrant ainsi que la grande banque d’affaires parisienne sait mobiliser tous les niveaux de son activité vers les enjeux sociétaux.

En 2015, Le programme « Odyssée jeunes », finançant des voyages scolaires des collégiens et collégiennes du 93 vient compléter le dispositif de la Fondation en faveur de la jeunesse. De même, durant la COVID19, un plan de Solidarité Jeunesse est déployé. Le volet sociétal s’étend à l’aide aux réfugiés en favorisant leur insertion et en rejoignant l’Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (AFEV).

Photograph taken during an intervention by the Association of the Student Foundation for the City in 2000. Archives and History BNP Paribas.

Photographie prise lors d’une intervention de l’Association de la Fondation Etudiante pour la Ville en 2000. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Cover and cover of the book of the exhibition "Humanité bio-inspirée une autre approche" held at the Cité des sciences et de l'industrie in 2020. Archives and History BNP Paribas.

Couverture et 4e de couverture du livre de l’exposition « Humanité bio-inspirée une autre approche » qui s’est déroulée à la Cité des sciences et de l’industrie en 2020. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Cover of the 2009 "Coup de Pouce" book, introduction by Martine Tridde-Mazloum. Archives and History BNP Paribas.

Couverture du livre « Coup de pouce » de 2009, introduction de Martine Tridde-Mazloum. Archives historiques BNP Paribas.

1 4
Coverage and fourth cover of the summary book of the operation Odyssée Jeunes between 2010 and 2012. Archives and History BNP Paribas.

Couverture et 4e de couverture du livre synthèse de l’opération Odyssée Jeunes entre 2010 et 2012. Archives historiques BNP Paribas.

1 4

C’est aussi en 2015 que Jean-Jacques Goron, alors délégué général de la Fondation, lance le programme international Dream’up, dédié à la diffusion des pratiques artistiques dans les milieux sociaux défavorisés.

La Fondation BNP Paribas n’oublie pas pour autant ses classiques et prolonge ses soutiens à la création artistique, au Jazz, aux Arts du cirque et à la danse. De nouveaux artistes sont accompagnés comme Mourad Merzouki de 2003 à 2012, Anne Paceo, La Horde ou encore Ablaye Cissoko. En 2021, sous l’égide d’Isabelle Giordano, déléguée générale de la Fondation et responsable monde de la philanthropie du Groupe, la Fondation s’associe à la Villa Médicis pour le programme de résidence destiné aux jeunes de lycées professionnels. De nouveaux territoires sont explorés pour poursuivre l’engagement du Groupe que ce soit avec SINGA Global ou encore la Fondation des Femmes en 2022.

Le volet environnemental n’est pas en reste puisqu’en 2010 la Fondation BNP Paribas donne un nouveau coup de projecteur sur l’urgence à agir face aux questions climatiques. L’objectif est d’aider la recherche scientifique sur le climat et la biodiversité en créant le « Climate initiative », évoluant au fil des enjeux et rebaptisé en 2019 le « Climate & Biodiversity Initiative », dans la continuité avec les premiers partenariats des années 1980-1990.

Comme en témoignent les synergies de mise pour chacun de ses projets, BNP Paribas mobilise l’ensemble de ses compétences pour agir et fédérer autour des enjeux sociétaux. L’impact social de l’entreprise est désormais indissociable de son rôle économique. Et toutes les expertises et métiers du Groupe sont parties prenantes de cet engagement. Les collaborateurs peuvent contribuer à travers des dispositifs tels que le programme « Coup de Pouce », permettant de soutenir des associations au sein desquelles des collaborateurs sont engagés. Le programme « coup de pouce » a été confirmé et est devenu « Help2Help ».

Il était naturel de regrouper au sein d’une seule entité les actions philanthropiques de l’entreprise et son engagement RSE. En 2017, la Direction de l’engagement d’entreprise voit le jour afin de conduire d’un seul pas les clients, les collaborateurs, le développement de l’entreprise et le soutien aux projets et aux créateurs.

L’organisation du mécénat et des clients : l’initiative du Fonds Urgence et Développement

Fonds Urgence et Développement

La mémoire de l’engagement philanthropique et du mécénat du Groupe se vit aussi à travers ses archives historiques

Une fois de plus, BNP Paribas a eu l’occasion de mobiliser l’ensemble de ses métiers en préparant les 40 ans de sa Fondation. En effet, un projet de captation et de valorisation des archives a été menée par le département Archives et Histoire en étroite collaboration avec la Fondation BNP Paribas. Ce projet faisant suite à un premier chantier-école en association avec l’École nationale des Chartes, a été mené en 2022. Puis à un second chantier, de traitement des archives celui-ci réalisé en 2022-2023. Une campagne de numérisation de certaines archives complète le projet.
Les collections patrimoniales de la Fondation BNP Paribas sont constituées de plus de 15 mètres linéaires d’archives historiques et d’un fonds d’archives orales. Elles sont conservées dans les locaux du département Archives et Histoire et disponibles à la consultation pour les chercheurs.

La Fondation BNP Paribas en 7 dates

Années 1960 : naissance de la volonté des pouvoirs publics de développer le mécénat culturel par des aides à la création de fondations

1969 : création de Fondation de France qui est la matrice des fondations futures

1973 : création de la Fondation Nationale Entreprise et Performance où entrent 11 entreprises du secteur public dont la BNP

1984 : création de la Fondation Paribas

1987 : loi du 23 juillet 1987 qui reconnait les fondations d’utilité publique

2000 : fusion entre BNP et Paribas : création de la Fondation BNP Paribas

2003 : loi Aillagon qui apporte des avantages fiscaux inédits au mécénat d’entreprise

Aimer cette page