Fernandel, saute-ruisseau à la BNC

Temps de lecture : 2min Nombre de likes : 0 likes

En 1915, le jeune Fernandel fait un bref passage à l’agence marseillaise de la Banque nationale de crédit.

Artiste en herbe

Fernand Joseph Désiré Contandin, plus connu sous le nom de Fernandel, est né à Marseille en 1903. Sa famille partage la passion du père, Denis Contandin, modeste employé de bureau la semaine, comédien et chanteur de café-concert le dimanche. Fernand accompagne régulièrement son père à des représentations et débute très vite, à l’âge de 5 ans, sur les planches. En 1910, il chante avec succès un répertoire comique à la Scala et remporte plusieurs concours de chant. Il chante les fameuses chansons de Polin, Mademoiselle Rose et Ah ! Je t’aime tant !

Souvenirs de banque

En 1915, son père est mobilisé pour le front. Voilà le jeune Fernand contraint de trouver du travail. Il débute à la Banque nationale de crédit.
L’acteur raconte : « En 1915, je suis entré à la Banque nationale de crédit, rue Saint-Ferréol, comme garçon de courses. On disait « saute-ruisseau ». Pour 25 francs par mois. C’est mon grand frère Marcel qui m’y avait fait engager. Le directeur, c’était M. Gatineau. Douze ans, haut comme trois pommes, la figure longue, pas beau, mais l’œil vif et les oreilles mobiles. C’est moi qui annonçais les clients au directeur. Je leur faisais de grandes grimaces dans le dos. Un jour, il y en a un qui m’offre une cigarette. Je l’allume et, au client suivant, j’oublie que j’avais la cigarette et j’entre chez le directeur en lui soufflant la fumée au nez. Il m’a mis à la porte : il était susceptible. »

Fernand Contandin reçoit néanmoins une petite prime de licenciement. Mais il s’est surtout fait à la BNC un ami pour la vie, Jean Manse, qui deviendra son beau-frère et son futur collaborateur.

Aimer cette page

Vous avez aimez cette histoire

Car nous avons encore beaucoup à vous raconter !