De la haute banque à la banque d’affaires : Louis-Raphaël Bischoffsheim (1800-1873)

Temps de lecture : 5min Nombre de likes : 0 likes
Louis-Raphaël Bischoffsheim (1800-1873)

Louis-Raphaël Bischoffsheim (1800-1873)

Louis-Raphaël Bischoffsheim illustre la mutation du système bancaire à la fin du 19e siècle : les réseaux familiaux bancaires s’organisent pour constituer de grands établissements.

Un réseau familial exceptionnel dans toute l’Europe

Né en 1800 à Mayence, Louis-Raphaël Bischoffsheim part à Francfort-sur-le-Main à la mort de son père en 1814. Il y fait son apprentissage chez Hayum Salomon Goldschmidt, banquier ami de son père dont il épouse la fille, Amalia Goldschmidt, en 1821. Le reste de sa famille suit son exemple et noue des alliances matrimoniales et commerciales dans le milieu des banquiers juifs rhénans : par ses frères, sœur et enfants, Louis-Raphaël est affilié aux Goldsmith, Bamberger, Erlanger, Cahen d’Anvers, Hirsch, tous banquiers à Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam, Anvers, Francfort…

Fondateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas et de la Société générale

Ayant rapidement acquis la pratique de la profession, Louis-Raphaël fonde en 1820 sa propre banque à Amsterdam. Avec l’aide son frère Jonathan, de ses beaux-frères et neveux Goldsmith, il crée des succursales à Anvers (1827), Bruxelles, Londres (1840) et Paris (1848).

C’est à cette époque qu’il fait la connaissance d’Alphonse Pinard et d’Édouard Henstch, tous deux à la tête du Comptoir d’escompte de Paris. En 1863, Louis-Raphaël crée, avec des associés hollandais, la Banque de crédit et de dépôts des Pays-Bas qui absorbe les établissements d’Amsterdam, d’Anvers et de Bruxelles ; la succursale parisienne, administrée par Bischoffsheim, Pinard et Hentsch, dirigée par Bamberger, prend rapidement beaucoup d’importance.

A la même époque, Louis-Raphaël soutient Pinard, Hentsch et Talabot dans la création d’une grande banque de dépôts à Paris et devient ainsi l’un des fondateurs de la Société générale.

En janvier 1872, il joue un rôle capital dans la fondation de la Banque de Paris et des Pays-Bas, résultat de la fusion de la Banque de crédit et de dépôts des Pays-Bas et de la Banque de Paris dirigée par Henri Cernuschi.

 Une fortune au service de la formation professionnelle

Louis-Raphaël Bischoffsheim prend part à de nombreuses initiatives philanthropiques, orientées notamment vers la formation professionnelle. Il alloue des rentes à des écoles professionnelles, aide des fondations qui financent des études scientifiques et médicales à Paris et Amsterdam, soutient l’installation d’un ouvroir-école pour jeunes filles dans le quartier de Bastille à Paris. Il se rend surtout célèbre par son idée d’aménager dans les sous-sols de l’hôtel de l’Athénée, qu’il a fait construire, une salle de théâtre, dont les bénéfices devaient revenir aux écoles professionnelles (1866).

Pour aller plus loin : N. Stospkopf, Les patrons du Second Empire, Banquiers et financiers parisiens, Editions Picard, 2002.

Aimer cette page

Vous avez aimé cette histoire ?

Car nous avons encore beaucoup à vous raconter !